· 

Mémorandum #2 : mes premières actions Has-bin

Vous avez préparé point par point votre transition, vos objectifs sont fixés et vous êtes motivés comme jamais ? C'est le moment de débuter concrètement votre programme et ça tombe assez bien, on a concocté un super régime pour votre poubelle, et on va vous coacher ! Allez, c'est parti !!!

 

1) JE REPÈRE DES POINTS DE VENTE EN VRAC


Pour réduire le volume de déchets que l'on met dans sa poubelle, il n'y a pas 25 solutions (en fait si ^^), faire de la prévention est incontournable. La logique est déconcertante, vous allez voir. Propriété : "Si je n'ai pas de déchets à jeter alors je ne les jette pas."

Voilà toute l'utilité du vrac, vous supprimez de votre consommation tous les emballages alimentaires (ou tout du moins une très très grande part). 

Vous voyez le rituel qui consiste à enlever tous les emballages alimentaires en rentrant du supermarché avant de mettre vos produits au réfrigérateur ou dans les placards ? Et bien, il n'existe plus. Il est remplacé par un nouveau rituel bien plus drôle, mettre tous vos produits dans des bocaux (un festival de sons, de couleurs, de formes, un réel plaisir !).

Je vous invite à consulter notre article sur le vrac pour aller plus loin. Vous pouvez également partir en exploration sur le site de l'association Réseau Vrac.

 

Vous cherchez des points de vente en vrac ?

2) JE ME PROCURE DES CONTENANTS RÉUTILISABLES


Quand vous commencez à faire votre transition vers le vrac, vous avez besoin de contenants réutilisables pour le stockage et pour le transport des produits. Et là, il n'y a pas trop le choix il faut s'équiper. Je vous recommande encore une fois notre article sur le sujet ;)

 

Ce qui est le plus pratique à notre avis pour le stockage, ce sont les bocaux en verre. On peut voir ce qu'il y a au travers, suivre l'état des stocks, c'est esthétique, hygiénique, facilement lavable et extrêmement durable. Après libre à vous de choisir des pots en verre que vous avez gardé ou que vous récupérez de votre entourage. On en trouve de toutes les tailles, c'est gratuit, facile à ouvrir et efficace ! Autre solution les conserves en verre de type "Le Parfait", encore plus esthétique et fiable pour la conservation (et oui il ne s'agit pas non plus d'être envahit par les mites !). Vous en trouverez  d'occasion sur Le Bon Coin ou, dans les greniers/caves de vos grands parents ou en brocante. Les joints en caoutchouc ne sont pas éternels et constituent un déchet mais en terme de conservation, vous serez tranquilles surtout si vous habitez comme nous dans une région chaude !

 

Je dispose d'une multitude d'alternatives !

  • Les boites en métal peuvent également être utiles pour des produits secs ou des ustensiles (attention ça n'aime pas du tout l'humidité !).
  • Les bouteilles peuvent vous permettre de stocker des soupes, coulis, produits d'entretien, jus, liqueurs...
  • Les boites d'œufs peuvent être réutilisées à l'infini soit pour vos œufs soit comme support dans votre frigo, dans vos placards, comme isolant...
  • Les tupperwares (ah le plastique c'est mal) peuvent aussi servir. Libre à vous de vous en séparer si vous souhaitez tourner la page mais ils peuvent encore être utiles pour stocker ou transporter. Et tant que c'est fonctionnel, ce serait un peu dommage de les jeter.
  • Une gourde/thermos en remplacement des bouteilles d'eau, gobelets...

Le sac à en tissu, c'est le nec plus ultra du consommateur Has-bin ! Durable, léger, pratique, esthétique, lavable, bref on en a tout le temps besoin et on en a aussi toujours un sur soi au cas où ^^ Les sacs en papier peuvent également être pratiques pour certains produits très fins (farines, épices) si vous n'aimez pas vous balader avec vos bocaux en verre ^^ ou chez les commerçants relou ou pseudo-maniaque... Une fois usés, troués vous pourrez toujours les mettre au compostage ou au recyclage (c'est pas pire comme on dit). L'avantage du sac en papier : pas besoin de le tarer !

 
3) JE TROUVE UN POINT DE COMPOSTAGE 

 

Si votre ville met à votre disposition un service de collecte des biodéchets tant mieux mais c'est malheureusement très rare ! Saviez vous qu'à Strasbourg un tel service est assuré dans le centre ville par des personnes en vélo ?  Si ce n'est pas le cas chez vous, renseignez-vous sur l'existence d'un compost de copropriété ou de quartier et le cas échéant, voyez si ça peut se mettre en place. Il y a parfois des associations locales qui aident dans la réalisation de ce genre de projets.

 

Après il reste les solutions individuelles et solidaires à savoir le compost dans le jardin ou dans la maison (lombricomposteur). Renseignez-vous auprès de votre mairie qui peut parfois vous fournir gratuitement ou à prix très réduit un composteur d'extérieur ou d'intérieur et des lombrics ! Il existe aussi dans de nombreuses ville des jardins partagés dans lesquels sont postés des composteurs collectifs.

 

Et si vous habitez dans une ville qui ne collecte pas les biodéchets, dans un logement de 12m2, qu'il n'existe pas de compost de copropriété ou de quartier et que la ville/copropriété refuse un tel projet et qu'il n'y a pas non plus de jardin partagé à proximité... et bien demandez à votre entourage ou à des associations locales. Il y a forcément quelqu'un qui composte ou qui a un jardin proche de chez vous qui acceptera de récupérer vos épluchures. Nous, on le fait tous les mois pour nos épluchures d'oignons, d'ail, d'avocats, nos noyaux et coquilles de noix qui partent soit dans un compost de jardin soit pour faire du paillage dans un potager ;)
 
4) JE REMPLACE PROGRESSIVEMENT LE JETABLE PAR LE DURABLE

 

Ça c'est LA grande opération dans votre processus de transition zéro déchet. Vous faîtes plein d'efforts, vous limitez au maximum les emballages, mais votre poubelle reste là, bien en vue dans votre cuisine. Extrémement rageant, mais heureusement, il y a plein de choses à faire !

--> En gros, exit les matières plastiques ! Faites place à l’inox, au verre, au bois et au tissu.

 

Faîtes le tour de tous les points stratégiques de la maison et repérez tous les objets à durée de vie limitée :

  • Cuisine : matériel de cuisine, de vaisselle, emballages alimentaires...
  • Salle de bain : produits de lavage, cosmétiques, maquillage, rasage, épilation...
  • ± réserve/buanderie/placards : produits d'entretien en tout genre.
  • Bureau : fournitures, papeterie, imprimerie...
  • Toilettes : PQ, produits de lavage...
  • Chambre/penderie/placards : collants, certains textiles bas de gamme

Vous pourrez alors vous poser quelques questions :

  • Cet objet est-il utile ? En ai-je besoin ? 
  • Puis-je le remplacer par autre chose qui remplira ses fonctions en étant durable, sans m'apporter des déchets ?
  • Si je décide de le remplacer. Puis-je le donner, le vendre, le recycler ? Sinon où/comment le jeter ?

On adopte alors sans même le soupçonner une attitude minimaliste :

  • On fait du tri chez soi et on enlève le superflu, ce qui n'est pas durable, polluant.
  • On garde uniquement ce qui est utile, nécessaire, durable ou qui nous apporte de la joie.
  • On y pense à deux, cinq ou dix fois avant de faire un achat : est-ce que j'en ai besoin, est-ce que c'est durable, est-ce que l'impact écolo n'est pas trop mauvais, est-ce qu'il y a des emballages inutiles ?

Et il y a un vrai processus d'empowerment. Si si, vous reprenez le pouvoir dans votre maison, dans vos placards, dans vos assiettes et salles de bain. Vous savez ce que vous manger, ce que vous mettez sur votre peau, avec quoi vous nettoyez votre sol. Bien vite vous connaissez les compositions de tout ce qu'il y a dans votre foyer et vous êtes capables de citer les 2769 usages du bicarbonate de soude en mandarin et en verlan, je vous jure !

 

5) J’ACHÈTE D'OCCASION, SECONDE MAIN, RECONDITIONNÉ

 

On va encore une fois faire des démonstrations mathématiques ;)

Propriété 1 : "Pour faire du neuf, j'ai besoin de ressources et d'énergie."

Propriété 2 : "Si je répare, j'évite un déchet et la fabrication d'un nouveau produit en remplacement."

Propriété 3 : "Si je jette au bon endroit mon objet usagé, cassé, ses contenants peuvent être en partie récupérés et réutilisés (recyclage, valorisation). Cela nécessite de la main d'œuvre et de l'énergie mais prévient l'extraction de nouvelles ressources".
 

La planète vit à crédit à partir du début du mois d'août, c'est à dire que l'on dépense en 8 mois ce que la planète peut renouveler/valoriser en 1 an. Cela nous invite à changer un tantinet notre mode de consommation, n'est-ce pas ? Et bien oui, résistons et faisons un pied de nez à notre société de consommation.

  • Réparons ou faisons reconditionner dès que possible au lieu de jeter et d'acheter du neuf en remplacement ;
  • Achetons d'occasion, seconde main ou reconditionné dès que possible. Je parle pas de nos carottes bien évidemment quoi que, considère-t-on les invendus comme de l'occasion ?
  • Vendons ou donnons ce dont nous n'avons plus besoin au lieu de jeter ;
  • Recyclons ce qui peut l'être au lieu de jeter : électronique, électroménager, vêtements mais aussi verre, métaux, bois, cartons et papiers.

6) J’ANTICIPE CE DONT J'AI BESOIN, ATTITUDE ANTI-GASPI & ANTI-COMPULSIVITÉ

 

C'est sans doute le point le plus difficile car il nous demande de travailler directement sur notre éducation, nos comportements et notre adhésion aux normes sur lesquelles est fondé notre société et à laquelle nous sommes intégré. Il s'agit de se détacher de la société du tout tout de suite, du tout jetable, de l’immédiateté, de la croissance infinie, des déchets qui sont enlevés à notre porte et envoyé à l'autre bout du monde pour qu'on n'ait pas à assumer ce que l'on fait. Non tout cela n'est pas/plus possible si l'on veut épargner notre planète et s'offrir un avenir un minimum souhaitable.

 

J'ai appris ces derniers mois à dire NON je n'en veux pas, NON je n'en ai pas besoin, NON j'en ai déjà un à la maison, NON ça ira très bien sans emballage ou dans mon sac. Et si vous ne voulez pas ? JE M'EN VAIS, JE VAIS ACHETER AILLEURS, JE NE SERAI PLUS CONSOMMATEUR CHEZ VOUS...  

 

Dire non aux autres est difficile mais dire non à soi-même l'ai encore plus ! NON !!! Tu n'en a pas besoin ! Tu n'as pas prévu alors tant pis pour toi ! Tu peux bien attendre un peu ! Je vous renvoie pour ce point à la technique des 5R de Béa Johnson ;)

 

Quelques exemple personnels : je prépare mon pique-nique, j'emporte toujours une gourde avec moi, j'ai toujours des contenants réutilisables sur moi, je rédige une charte du consommateur, j'attends X jours/semaines avant de décider d'acheter un nouvel objet/vêtement, je boycotte les supermarchés, les soldes, les fast-food...
 
7) JE LUTTE CONTRE LES DÉCHETS INUTILES OU INVISIBLES

 

Ça c'est le point bonus ! Ce n'est pas la priorité quand on débute dans le zéro déchet. L'idée est bien évidemment de réduire le contenu de sa poubelle. Mais, mais, mais...

 

On peut représenter notre production de déchets comme un iceberg ! La poubelle n'est que la partie immergée à savoir environ 390 kg par an et par habitant en France. Si vous ajoutez ce qui est jeté en déchetterie, on arrive à 590 kg. Et si on prend en compte ce qui est issu de l'agriculture, du BTP et de l'industrie, il faut encore ajouter 14 tonnes. Et quid de tous les déchets délocalisés qui voyagent dans le monde entier ou ne finissent jamais en décharge, ils représentent encore 50 tonnes supplémentaires par an et par habitant. Et oui, notre mode de vie européen représente environ 65 tonnes de déchet par an et par habitant ! Votre poubelle dans tout ça ? C'est seulement 0,6% de votre réelle production de déchets ! WHATTTT ???

 

Que faire face à ça me direz-vous ? On peut faire énormément de choses plus ou moins faciles... La logique est toujours la même : éviter l'extraction de nouvelle ressources, la dépense inutile d'énergie, réduire les pollutions évitables... Voici déjà quelques points que vous pouvez explorer et je vous concocte un mémorandum exprès là dessus ;)

  • Refusez les emballages et les publicités ;
  • Désencombrez les serveurs extrêmement énergivores et nécessitant l'utilisation de minerais précieux : désabonnement newsletter, nettoyage boite mail, serveurs...
  • Économisez du papier et de l'encre en imprimant en brouillon, recto-verso, noir et blanc, dématérialisez vos factures, relevés de compte et billets de train, refusez les tickets de caisse...
  • Achetez d'occasion, seconde main, reconditionné, réparez, prêtez, échangez, troquez...
  • Je réduis ma consommation de viande, je deviens végéta*ien... Savez vous qu'un mangeur de viande est responsable de 38 fois plus de production de CO2 qu'un vegan ?
  • Choisissez une banque éthique
  • Vous pouvez vous fournir en énergie renouvelable et boycottez les fournisseurs classiques.
  • Assurez-vous auprès d'assureurs mutualistes et qui ne soutiennent/n'investissent/ ne placent pas leur argent dans des projets catastrophiques pour l'environnement.
  • Boycottez les opérateurs internet classiques et optez pour un fournisseur d'accès internet associatif.
  • Votre fournisseur de téléphonie mobile est aussi un escroc ? Optez pour une solution durable et honnête, si si ça existe !
  • Engagez-vous pour faire plier les entreprises et multinationales polluantes, faites changer les lois et rencontrez vos élus, sensibilisez les citoyens et favorisez une consommation éthique, durable.

Comme vous voyez le zéro déchet n'est finalement qu'une porte d'entrée vers un mode de vie plus écologique, une consommation plus responsable et une vie plus propre.

 

Il y aurait tellement de choses à faire, et on n'a pas toutes les réponses !

 

De votre côté, que faites-vous pour être plus écolo au quotidien ?

Télécharger
Mémorandum #2.pdf
Document Adobe Acrobat 2.4 MB