· 

Mémorandum #3 : la règle des 5R !

La règle des 5R créé par Béa Johnson est un outil d'aide à la prise de décision. Imaginez-vous une pyramide maya à niveaux ;) ou pour les intellectuels : une cascade décisionnelle. Petite explication...

 

Il y a 5 strates : refuser, réduire, réutiliser, recycler et composter. Au moment de faire une action qui engage des ressources, de consommer quelque chose, d'utiliser un objet ou une substance non durable, je peux interroger mon geste à l'aide de ces 5 R.

  1. REFUSER - En ai-je réellement besoin ? Est-ce nécessaire, indispensable ?
    1. Oui -> Je ne REFUSE PAS.
    2. Non -> Je REFUSE : je ne crée pas de nouveau déchet.
  2. Je ne REFUSE PAS, puis-je RÉDUIRE ? En quantité, en fréquence, en temps, en distance ?
    1. Oui -> Je RÉDUIS la quantité, le poids, le volume de nouveaux déchets.
    2. Non -> Je ne RÉDUIS PAS car c'est vraiment nécessaire dans ces quantité, volume, fréquence, temps...
  3. Puis-je réduire en RÉUTILISANT ? De la sorte j'évite ou je limite la création de nouveaux déchets, l'utilisation de nouvelles ressources.
  4. Les déchets sont là, créés, produits, puis-je les RECYCLER ?
    1. Oui -> je trie, je dépose en décharge, je place dans des points de collecte...
    2. Non -> mes ordures ménagères grossissent, zut !
  5. Mes déchets sont de nature organique  -> je les place dans un COMPOST personnel ou collectif.

 1) REFUSER

 

Vous vous apprêtez à faire un achat, vous envisagez d'utiliser un moyen de transport, vous allez utiliser un objet à usage unique...

Vous pouvez alors vous interroger sur plusieurs points :

  • Est-ce nécessaire ? Est-ce que ça répond à un besoin ? Ce besoin est-il vital ou important pour moi ?
  • L'impact écologique est- il acceptable ?
  • Est-ce que ça apporte de la joie dans ma vie ?

Pour cet item, plus que pour les autres, il s'agit d'un engagement de votre part. Où décidez-vous de placer le curseur ? A quel point décidez-vous d'être radical dans votre démarche ?

Vous pouvez décider de refuser beaucoup de choses qui appartenaient à votre mode de vie ou qui sont inhérents à notre société. Parfois, il s'agira simplement de changer une habitude, d'autres fois le changement vous demandera vraiment de vous adapter, de remettre en question votre regard ou votre confort. Comme on l'a dit, à vous de choisir où vous placez le curseur alors allez-y à votre rythme !

 

Quelques exemples :

Première étape Pour aller plus loin Pour être rebel-le jusqu'au bout

Les produits à usage unique : pailles, touillettes, bouteilles, gobelets, essuie tout, éponges, brosses à dent.

Les produits emballés/sur-emballés, en plastique, les produits à usage unique...

Les produits non locaux et de saison, non artisanaux/paysans, transformés et industriels...
Les échantillons, les goodies, les cadeaux fantaisie...

Les publicités (STOP PUB), les tickets de caisse...

 

Cf. Mes premières mesures zéro déchet

Cf. Charte du consommateur Has-bin

Les énergies carbones : transport, cuisson, chauffage...

Les énergies non renouvelables : pétrole, charbon, nucléaire...

Les produits d'origine animale : viande, poisson, produits laitiers, œufs...

Les newsletters, publicités dématérialisés, SMS promotionnels...

Je boycotte les banques, les multinationales et les entreprises/secteurs d'activité climaticides.

J'adopte un mode de vie minimaliste, déconnecté ;

Je suis autonome en énergie / en alimentation... oui, c'est un autre niveau !

 

 

2) RÉDUIRE Ce que je ne peux pas refuser.

 

La réduction est quelque chose qui nous concerne tous et plus particulièrement en tant qu'Occidentaux. Le jour du dépassement en 2018 était le 1er aout. C'est à dire qu'à cette date, en 7 mois, on avait consommé plus de ressources que la terre n'est capable de produire en 12. Sachant qu'une part non négligeable de ces ressources étaient non renouvelables ou renouvelables en plusieurs centaines ou milliers d'années. Ce n'est pas pour rien qu'on parle d'énergies fossiles !

 

Les pays de l'OCDE représentent seulement 17% de la population mondiale et concentrent 62% des richesses (PIB). Nous sommes responsables de 40% de la consommation d'énergie, 45% de la production de déchets ! A chaque habitant de l'OCDE est associé 9,5 tonnes métriques de CO2 émis contre 5 pour le reste du monde. Nous vivons dans notre minorité bien au dessus des capacités de la planète !

 

Les stratégies de réduction sont multiples quand il n'est pas possible ou pas envisageable de se passer de quelque chose, de refuser complètement l’acquisition, l'usage...

  • J'adopte une attitude minimaliste ;
  • Je cherche des alternatives écologiques, durables, éthiques aux objets jetables, à usage unique notamment pour les produits ménagers, les vêtements, l'électronique et l'électroménager ;
  • Je potentialise les usages : j'utilise quelques produits fondamentaux pour des usages variés : entretien, cosmétiques et hygiène ;
  • Je fais preuve de conscience et de modération par rapport à ce dont je ne peux pas me passer : voiture, chauffage, eau, papier, électricité...  

3) RÉUTILISER ce que je ne peux ni refuser ni réduire.

 

Nous sommes là aussi dans une stratégie de réduction mais High Level ^^

La réutilisation n'a de limite que votre créativité et votre ingéniosité. Impossible de lister tout ce que vous pouvez faire car vous avez sans nul doute dans votre tête des centaines d'idées que nous sommes à mille lieux d'imaginer !

 

Quelques grands principes :

  • Je fais durer mes objets, mes appareils pour cela j'en prends soin, je les entretiens, je les répare
  • Quand quelque chose arrive en fin de vie, je réfléchis à comment lui donner une seconde vie. Il peut s'agir de récupérer de la matière première ou des pièces pour créer un autre objet ou de détourner son utilisation. Par exemple utiliser un vieux drap déchiré pour faire des torchons, transformer un bidon vide en rangement ou un vase cassé en pot de fleur... ;) ça sent le vécu ! 
  • Je peux aussi donner, échanger, troquer avec d'autres personnes ce qui ne me va plus, ce qui ne fonctionne plus, ce dont je ne veux plus. Vous verrez qu'il y a toujours des personnes pour récupérer vos affaires même quand ça vous semble plus qu'improbable ! Vive les Gratiférias ! Pensez à l'application Geev aussi et à la plateforme internet mytroc.fr
  • Réutiliser c'est aussi acheter d'occasion, de seconde main ou reconditionné. On augmente ainsi la durée de vie d'un objet pour ne pas avoir à en créer un nouveau et à mobiliser de nouvelles ressources primaires.
  • Finalement, le prêt et la location sont autant de moyen pour bénéficier d'un objet, d'un service, d'un outil momentanément sans avoir à en faire l'acquisition. Est-il logique d'acheter une voiture si on l'utilise une fois par semaine ou une fois par mois ? Est-il nécessaire d'avoir un appareil à raclette pour l'utiliser une fois par an ?

Finalement rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme !
 
4) RECYCLER ce que je ne peux ni refuser, ni réduire, ni réutiliser.

 

Quand le déchet est "inévitable", il faut tenter de le recycler c'est à dire de le retravailler, de le transformer pour lui donner là aussi une seconde vie. Ce n'est bien évidemment pas le premier choix lorsqu'on se situe dans une démarche zéro déchet où l'on essaye d'agir en amont pour ne pas produire de déchet. Cette opération nécessite de l'énergie et a un coût autant économique qu'écologique.

 

Quelques exemples de démarches sympa :

  • Lamazuna travaille avec TerraCycle pour recycler l'intégralité de ses brosses à dent usagés. Les poils deviennent du matériau isolant électrique et le plastique est lavé, broyé puis réassemblé pour faire du mobilier d'extérieur ou des poubelles de recyclage urbaines.
  • TerraCycle propose des programmes de collecte pour les déchets difficilement recyclables. Des demandes peuvent être faites pour installer des points de collecte dans des commerces, établissements scolaires ou associations. Pour voir toutes les campagnes de collecte, c'est par ici ! Pour prendre connaissance de leur programme boites zéro-déchets, c'est par là ! Finalement des partenariats peuvent être mis en place avec les municipalités pour créer des solutions adaptés dans les écoles, dans les organismes publics, dans les associations, dans la rue et notamment pour les cigarettes !

5) ROT = COMPOSTER ce qui ne peut être ni refusé, ni réduit, ni réutilisé, ni recyclé !

 

Le compostage est l'ultime solution pour les déchets organiques. C'est un système qui va permettre de transformer et de valoriser nos sous-produits de l'élevage (fumier, coquilles d'œuf, poil, plumes), la biomasse (feuilles, plantes, herbes...) et les bio-déchets ménagers (épluchures, papiers, cartons, cheveux...). Le compost par un procédé qui ne nécessite pas d'énergie va permettre de transformer des déchets qui auraient sinon terminé dans un incinérateur  (c'est ballot !). On estime actuellement que 80% des ordures ménagères soit environ 300 kg par an et par habitant en France pourraient être évitées juste en améliorant le recyclage et en généralisant le compostage des matières organiques !

 

Pour ceux qui voudraient s'y mettre, je vous recommande le guide réalisé par l'ADEME sur le compostage extérieur !

Pour info, les mairies, agglomérations, métropoles mettent à disposition des composteur de jardin ou des lombricomposteur d'appartement gratuitement ou à prix réduit.

Sachez que vous pouvez trouver des lombricomposteurs écolos et faits en France notamment le CityWorm de Vers la Terre et le Wormbox.

 

 

Avec ça, on va devenir les héros de nos poubelles !

Avez-vous d'autres idées pour relever le défi des 5R ?? 

Télécharger
Mémorandum #3.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB